Impacts sanitaires
27 mars 2020
PM10
PM2.5
Prévisions
Exposition des populations
Publications et ressources scientifiques

Évaluation de la relation potentielle entre la pollution aux particules fines (PM) et la propagation du COVID-19 en Italie

Selon ce position paper publié par l'Italian Society of Environmental Medicine, les particules fines auraient pu véhiculer et favoriser la transmission du nouveau coronavirus Sars-CoV-2. 
 

Cette étude menée conjointement par l'Université de Bari et l'Université de Bologne cherche à mettre en évidence un lien entre entre le nombre de personnes infectées par le coronavirus et le dépassement des niveaux de particules fines dans le nord de l'Italie.

 

Les scientifiques ont utilisé les données publiées par les agences régionales de protection de l'environnement (ARPA) italiennes, puis ont cherché à les corréler avec les données publiques recueillies sur le Covid-19 dans le pays. Comme l'expliquent les chercheurs, un dépassement des limites quotidiennes de particules fines (50 microgrammes par mètre cube) irait de pair avec une augmentation du nombre quotidien de personnes infectées par le virus. 

 

De plus, en se fondant sur différentes études précédemment menées, les auteurs soulignent que les particules fines pourraient agir comme support ou vecteur de transport pour de nombreux contaminants, y compris les virus.

 

Cependant, si leurs recherches soulignent un lien potentiel entre les deux variables, des études complémentaires seront nécessaires pour évaluer et renforcer la validité de leur hypothèse initiale.

 

Auteurs: 

Gianluigi de Gennaro, Alessia Di Gilio, Jolanda Palmisani, Paolo Buono, Gianna Fornari - University of Bari, Italy       Leonardo Setti, Fabrizio Passarini- University of Bologna, Italy
Maria Grazia Perrone - University of Milano, Italy
Andrea Piazzalunga- Expert, Milano, Italy
Pierluigi Barbieri - University of Trieste, Italy
Emanuele Rizzo, Alessandro Miani - Italian Society of Environmental Medicine