Impacts sanitaires
8 mai 2020
Polluants atmosphériques
PM2.5
Morts prématurées
Exposition des populations
Evaluation de l’impact sanitaire
Publications et ressources scientifiques

Exposition à la pollution de l'air et mortalité du COVID-19 aux États-Unis : Une étude nationale transversale

Cette étude examine si l'exposition moyenne à long terme aux particules fines (PM2,5) est associée à un risque accru de décès par COVID-19 aux États-Unis. 

Aux Etats-Unis, où la mortalité du COVID-19 a été particulièrement forte et le gouvernement estime que de nombreuses victimes sont encore à venir, cette étude menée par une équipe de chercheurs de l'université Harvard investigue le lien potentiel entre cette importante mortalité et la concentration en particules fines (PM2.5). 

 


Leurs conclusions préliminaires, qui sont encore largement débattues dans le milieu universitaire, soulignent qu'une "légère augmentation de l'exposition à long terme aux PM2,5" pourrait entrainer "une forte augmentation du taux de mortalité lié au CPVID-19". Pour l'équipe, cela met avant tout en lumière l'importance de renforcer les réglementations existantes en matière de pollution atmosphérique "pour protéger la santé humaine, tant pendant qu'après la crise du COVID-19". 

 


Auteurs: Xiao Wu, Rachel C. Nethery, Benjamin Sabath, Danielle Braun et Francesca Dominici - Department of Biostatistics - Chan School of Public Health at Harvard University, Boston.