Impacts sanitaires
1 mai 2020
Polluants atmosphériques
Exposition des populations
Evaluation de l’impact sanitaire
Publications et ressources scientifiques

Liens entre la persistance de la pollution atmosphérique régionale et le zonage du COVID-19

Cette étude pointe vers une possible corrélation entre forte concentration en polluants atmosphériques et contamination importante du COVID-19, en comparant notamment la situation en Italie et en Chine.

La Chine et l'Italie ont été dès le départ des zones particulièrement affectées par l'épidémie du COVID-19, avec une contamination particulièrement forte et un nombre de cas très élevés. Cette étude considère que la pollution de l'air, qui est particulièrement élevée dans les deux pays et notamment dans les zones industrielles, pourrait être en partie responsable de la dissémination rapide du virus. Ainsi, les chercheurs font état d'une "corrélation potentielle entre la répartition des épidémies graves de COVID-19 et la stagnation des polluants résultant d'une combinaison de conditions climatiques spécifiques, d'émissions humaines locales et de la topographie régionale". 

 

Selon les auteurs, si des études complémentaires restent nécessaires, ces résultats pourraient permettre d'anticiper l'évolution potentielle du virus en recourant aux systèmes de prévision météorologique et de prévision saisonnière. Ils insistent également sur la nécessité, à long terme, de réduire le niveau des polluants atmosphériques à travers des mesures de santé publique visant à freiner la propagation des COVID-19 et d'autres infections.

 

Auteurs: Antonio Frontera, Claire Martin, Kostantinos Vlachos, Giovanni Sgubind