Impacts sanitaires
15 mai 2020
Polluants atmosphériques
Oxyde d’azote / Dioxyde d’azote (NOx/NO2)
PM2.5
Publications et ressources scientifiques

Réduction de la pollution de l'air et bénéfice en termes de mortalité lors de l'épidémie de COVID-19 en Chine

Cet article examine les liens entre la pollution de l'air et les décès dûs à des causes spécifiques qui auraient été évités lors de l'épidémie de COVID-19 en Chine. 

Depuis le début de l'épidémie de COVID-19, la China a mis en place des mesures sans précédent pour lutter contre la propagation du virus, visant à réduire le traffic et isoler les populations. Celles-ci ont contribué à une importante baisse des émissions polluantes, notamment celles liées aux transports et à l'industrie.

 

Dans cet article, les chercheurs essaient d'évaluer les conséquences de ce phénomène, en mettant en évidence le nombre de décès résultant de causes spécifiques qui aurait selon eux été évité grâce aux faibles niveaux de pollution. Pour obtenir des résultats interprétables, ils ont choisi d'interpréter les concentrations en NO2 et PM2.5, deux polluants atmosphériques liés à la circulation, qui auraient été particulièrement impactés par l'interdiction de circuler et la mise en place du confinement. 

 

Si les résultats obtenus restent exploratoires, les chercheurs estiment que les mesures prises pour contenir l'épidémie de COVID-19 auraient permis d'améliorer la qualité de l'air, et auraient par conséquent contribué à une réduction du nombre de décès non reliés à la pandémie sur la période. 

 

Auteurs: Kai Chen, Paul T. Anastas (Yale School of Public Health); Meng Wang, Conghong Huang (University at Buffalo School of Public Health and Health Professions); Patrick L. Kinney (Boston University School of Public Health)